Au jardin des plantes

Le soleil fait de belles apparitions sur Bruxelles, réveillant l’envie de profiter du beau temps et de partir observer la nature qui s’éveille… Cette fois j’ai choisi le Jardin botanique de Meise comme destination.

C’est un endroit magnifique pour s’en mettre plein les yeux à chaque saison. S’il pleut, on peut s’abriter dans les serres et dès que le soleil brille en route pour de longues promenades… S’éloigner de l’entrée permet de s’éloigner des autres visiteurs et de se déconnecter pleinement.

Février offre les premières fleurs et les premiers insectes, ivres d’un soleil attendu depuis longtemps. Les bourgeons commencent à s’ouvrir, alors qu’il reste encore quelques traces de l’hiver.

J’attends avec impatience la prochaine visite, qui j’espère, sera l’époque des cannetons trop mignons!


Publicités

Un avant goût de printemps

Le printemps est la saison qui marque le renouveau de la nature. Voilà un excellent prétexte pour publier un nouvel article sur mon blog après une longue absence!

Reprendre l’appareil photo après une longue pose, c’est reprendre les bons habitudes, se rappeler de tenter de maîtriser la profondeur de champs avec l’ouverture de l’objectif, de chercher la composition la plus intéressante, d’être patiente pour saisir le bon moment et surtout avant tout d’ouvrir l’oeil pour admirer la nature.

Voici le fruit de ce premier essai, une série de clichés pris à Zaventem autour d’un petit étang. J’avoue: il y a encore beaucoup de travail avant d’arriver au résultat que je souhaiterais, mais c’est aussi ça qui est passionnant! Avis aux Bernaches, Fuligules, Cygnes, fleurs et insectes de toutes sortes: préparer votre meilleur profil, j’arrive!

Promenade nature au fil des saisons à Wezembeek-Oppem

Que faire le deuxième dimanche du mois, quand on trouve la force de s’arracher aux bras de Morphée? Partir à la découverte de la nature brabançonne avec Natagora Bruxelles.

Malgré un hiver qui joue les prolongations, il y avait ce dimanche de nombreuses observations et découvertes au programme. Notre guide Michel et sa complice Julie nous emmènent prendre un bol d’air frais au vert en périphérie bruxelloise. L’une de nos premières rencontres: un Martin-pêcheur à l’affût d’une proie pour son petit-déjeuner. Perché sur une branche ou faisant un vol sur place, il repère les petits poissons et insectes qu’il pêche en plongeant. Plus loin sur le même plan d’eau, les Cormorans sont à la recherche d’un en-cas d’un autre gabarit et un Colvert patauge dans la gadoue…

Nous poursuivons vers le second plan d’eau et Julie attire notre attention sur quelques feuilles vertes au sol: il s’agit du Gouet, plante dont la pollinisation sera assurée plus tard dans l’année par des mouches, temporairement prisonnières à la base de la fleur: à l’intérieur, elles trouveront chaleur, pollen et sécrétion sucrée de la paroi, avant d’être libérées quand les fanges se fanent. A cette époque de l’année, seules les feuilles sont présentes.

Sur le second étang nous attend un trio de Cygnes tuberculés, qui jouent les brise-glaces. Leur démarche un peu maladroite, penchée vers l’avant, provoque des crissements étranges lorsque la glace cède.

Au bord de ce même étang, nous observons la fleur du Cornouiller mâle. Sa floraison précoce donne une petite touche colorée dans une nature encore endormie. Il ne porte pas encore de feuille, mais espère attirer les premiers insectes avec ses fleurs couleur soleil et éviter ainsi la concurrence printanière pour s’attirer les faveurs des pollinisateurs. Inutile de chercher un Cornouiller femelle: l’arbre est improprement nommé puisqu’il est à la fois mâle et femelle et ses fleurs sont hermaphrodites!

3L9A5508

Enfin vient le temps de prendre le chemin du retour vers le Verger des enfants, que je vous ferai découvrir dans un prochain article, et de remercier Michel et Julie pour la guidance, en attendant la prochaine édition de la promenade nature au fil des saisons.

Si ce petit billet vous a donné envie d’en savoir plus sur les prochaines activités organisées par Natagora Bruxelles, consultez le site Internet ou la page Facebook!

 

 

 

A deux pas d’ici…

Il faut souvent ne pas aller bien loin pour trouver le beau et se ressourcer. Ce dimanche, c’est pas très loin de chez moi que j’ai promené mon appareil photo. J’ai profité de l’une des promenades organisées par Michel Vandevelde de Natagora Bruxelles pour redécouvrir le Parc de Tervuren.

L’après-midi, direction Wezembeek pour encore une petite dose de nature au soleil et de jolies rencontres.

Après réflexion, je pense que si le soleil savait à quel point on l’apprécie, il nous rendrait visite plus souvent!

 

 

CANON Experience Lab – le debrief

En novembre dernier, CANON Belgium a proposé aux amateurs de photo une découverte de divers aspects de la photo grâce à de nombreux ateliers, démonstrations et présentations.

Bien que pas assez naïve pour ne pas soupçonner que cette initiative visait à faire connaître les produits de la marque, dont le tout nouveau EOS 5 D Mark IV, je m’étais inscrite à deux ateliers, toujours avide de nouvelles connaissances:

  • Le « Geek day »,
  • L’atelier « The body in motion » par Shed Mojahid

C’est avec retard mais enthousiasme que je vous livre mes souvenirs de ces deux événements à la participation gratuite.

Le « Geek day » ou l’après-midi des techniciens

dsc_1392Vu le nombre de fois que mes amis m’ont taquiné sur mon côté « geek », je ne pouvais pas manquer cette session. Premier constat qui m’a un peu surprise: parmi le public clairsemé, une femme pour dix hommes. La photo n’est pas encore un secteur où prévaut l’égalité, situation à laquelle des initiatives comme Women in photography tentent de répondre.

Côté technique, les explications sont détaillées et pointues (mais je confirme mon statut de geek, j’ai tout compris!). Sous les projecteurs, le nouvel EOS 5 D Mark IV, 30 millions de pixels, une sensibilité ISO qui monte à 32000, un live view beaucoup plus performant, un nouveau processeur, une vitesse en rafale de 7 images par seconde en plein format, une post-production innovante grâce au RAW double pixel, la détection et journalisation des infos de la géolocalisations grâce au GPS intégré, la vidéo en 4K, le wifi, des performances exceptionnelles en basse lumière.  Bref, le boîtier pour poursuivre la perfection. C’est la marque qui le dit et c’est probablement vrai. Sauf que l’Experience Lab est destiné aux amateurs et que le prix il est très professionnel: 4299€ pour le boîtier nu. Là, j’arrête de rêver un peu brutalement…

L’atelier « The body in motion »

L’atelier connait un succès populaire beaucoup plus grand que la première session et c’est une belle découverte. L’objectif de Shed Mojahid pour ce moment est de partager sa capacité à figer le mouvement, que ce soit en lumière naturelle, en studio ou en extérieur avec flash.

Mes clichés, pris avec mon boîtier devenu vintage il y a quelques temps déjà, ne rendent certainement pas justice à la qualité de ses explications autour du breakdance, de la danse classique ou moderne, ni aux prouesses des danseurs qui ont patiemment joué les modèles, répétant inlassablement les mouvements.

C’est pour ça que je vous invite à aller découvrir son travail autour de la danse:

J’aurai retenu de cet atelier de nombreux conseils pour améliorer mes clichés, par exemple la nécessité de pousser davantage mon exploration d’un sujet pour obtenir le meilleur résultat, et aussi des pistes de réflexions sur le travail de photographe, dont la collaboration avec le sujet.

J’espère que CANON réitérera cette initiative l’année prochaine pour pouvoir explorer d’autres horizons photo…