Un oeil sur la musique

D’entrée de jeu, je dois vous avouez que je ne suis pas une grande mélomane. Le classique ne fait que parfois partie de mon quotidien, mais c’est avec enthousiasme que je découvre de nouveaux horizons. L’occasion m’en a été donnée lors du concert donné par Mio Yoshie à l’Atelier Marcel Hastir en mai dernier.

Première découverte: l’atelier

Marcel Hastir (22/03/1906-2/7/2011) était un artiste peintre bruxellois, un homme doté de nombreuses facettes: peintre évidemment, mais aussi restaurateur de tableaux, mélomane, philosophe, humaniste et résistant. Durant la seconde guerre mondiale, il fonda dans son atelier une « école de dessin et de peinture » qui servit de façade à des jeunes afin d’échapper au départ vers l’Allemagne et au travail forcé. Il fit de son atelier un foyer artistique et culturel, qui perdure au-delà de sa disparition.

Classé par la Région bruxelloise afin de consacrer sa valeur historique, l’endroit est assez fascinant, intimiste et inspirant: un petit trésor un peu secret niché dans le quartier européen de Bruxelles. La mémoire du peintre s’y promène, car les œuvres présentes dans l’Atelier sont nombreuses et le programme d’activités très riche: concerts, spectacles de théâtre, projections de film, conférences ainsi que cours de musique, de dessin et de danse vous attendet à l’Atelier Marcel Hastir.

Seconde découverte: rencontre avec le violon

71 morceaux de bois collés ou assemblés, des milliers d’heure de travail, une pianiste de talent pour accompagner et des compositions ciselées de Brahms, Ysaye ou Hubay: voilà les ingrédients du moment suspendu que j’ai vécu grâce à Mio Yoshie, violoniste exceptionnelle, demi-finaliste du Concours Reine Elisabeth 2019. Merci à elle, à tous les autres artistes et à celles et ceux qui s’investissent pour rendre ces moments possibles. J’attends les prochaines découvertes avec impatience!

Publicités

Photographier la beauté du flamenco avec des accents sceltiques

Le Flamenco est un art issu d’une tradition vivante séculaire. Né en Andalousie au sein d’une communauté pluriculturelle et persécutée, il est traditionnellement associé au peuple gitan ou tzigane en raison du rôle primordial que celui-ci a joué quant à son interprétation et à sa diffusion.

A l’origine le Flamenco était art triste et très émotionnel, un simple chant a cappella, sans instrument de musique, ni pas de danse. Même si le Flamenco a quelque peu perdu de sa signification en tant qu’expression de la manière de vivre des Andalous, son héritage demeure un enrichissement inportant pour la culture et la musique en général.

L’école de danse Grana Y Oro a eu l’excellente idée de proposer un spectacle y associant des accents celtiques grâce à leurs invités, Celtic Clover Academy.

Découvrez davantage de photos sur ma page Facebook.

La mode rassemble à l’Ethno Tendance Fashion Week Brussels

L’édition 2015 de l’Ethno Tendance Fashion Week Brussels (ETFWB2015) a rassemblé la foule à Tour & Taxis. Le programme était vaste: mannequins de tous horizons, show coiffures, ateliers pour réaliser des accessoires inédits, pôle beauté, ateliers culinaires, musique, pop-up stores et évidemment défilés.

Voir toutes mes photos de l’événement sur Flickr.

Les Brussels Fashion Days 2015 teintés de diversité

Ca se passait ce week-end à Bruxelles: le plus grand événement fashion belg de l’année 2015  s’est tenu au Square. Difficile d’un point de vue technique de capturer la création sous les projecteurs, mais passionant!

Sur le catwalk des Brussels Fashion Days 2015 se sont succédés de nombreux grands noms et espoirs de la mode, ainsi que certaines des meilleures écoles du pays. L’édition 2015 proposait quatre défilés, un pop-up store et un panorama de la création belge du moment. Elle aura rassemblé plus de 10 000 personnes sur les trois jours de l’événement.

Découvrez toutes mes photos de l’événement dans mon album Flickr.